La clarinette dans la musique classique

Compositeurs - Oeuvres - Interprètes - Histoire - CD-DVD-Livres-Partitions - Concerts
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mozart - Une soirée chez les Jacquin - Gilles Thomé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stadler
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 1328
Age : 47
Localisation : Gembloux (Belgique)
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Mozart - Une soirée chez les Jacquin - Gilles Thomé   Lun 25 Juin - 19:33



Ce double CD comprend les oeuvres suivantes :

Esquisse du concerto KV 621b en sol majeur
6 notturni KV 549, 346, 436, 437, 438, 439
Trio des quilles KV 498 en mi bémol majeur
Sonate à 4 mains KV 512 en ut majeur
Terzett "Liebes Mandel, wo ist's Bandel?" KV 441
Esquisses pour clarinettes, cors de basset, basson
Canons "Ach zu kurz"KV228, Bona Nox KV 561

Un mélange donc de voix, cors de basset, clarinette, alto et piano-forte... qui ne peut laisser indifférent.

Toutes ces pièces ont certainement été jouées chez les Jacquin, amis de Mozart installés à Vienne.

Un magnifique double CD à mettre dans toutes les mains... et entre toutes les oreilles note

_________________
Stéphane

"Vous vous êtes trompés d'instrument. - Monsieur, nous n'avons que des clarinettes en ut. - Eh bien, transposez à la tierce. - Nous ne savons pas transposer. - Alors, ma foi, taisez-vous. - Ah! par exemple! nous sommes membres de la société, et nous avons le droit de jouer comme les autres." - Berlioz

Clarinette Sib - Buffet Crampon RC
Clarinette La - Leblanc LL
Clarinette Basse au Mib - Buffet Crampon Prestige
Saxophone Alto - Yamaha YAS 475
Saxophone Baryton au La - Yamaha YBS 32
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clarinette-classique.forumactif.fr
Stadler
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 1328
Age : 47
Localisation : Gembloux (Belgique)
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Re: Mozart - Une soirée chez les Jacquin - Gilles Thomé   Lun 25 Juin - 19:36

Une analyse intéressante de l'esquisse du Concerto KV 621b pour cor de basset en sol, par Gilles Thomé lui-même :

Citation :
Le concerto et le cor de basset en sol

Il y a dans cet enregistrement discographique une pièce qui a un place particulière : l’esquisse du concerto pour cor de basset en sol KV 621b ... qui, au demeurant, a bien pu être jouée dans un grand salon des Jacquin.

Au départ, intéressé en tant qu’interprète par le concerto pour clarinette KV 622, j’ai voulu en étudier le manuscrit. La seule trace manuscrite qui nous en reste aujourd’hui est une esquisse pour cor de basset en sol commencée en 1787, antérieure à la version définitive en la majeur terminée le 7 octobre 1791. Très vite, j’ai acquis la certitude que le cor de basset pour lequel Mozart avait écrit était un instrument extrêment sophistiqué techniquement : en effet, il lui demande des notes qui ne sont possibles qu’avec un ravalement chromatique ...

Mais au-delà de l’aspect technique, ma curiosité principale et essentielle était d’entendre comment cette œuvre pouvait sonner en sol. Car enfin, ce n’est pas la clarinette, aussi sophistiquée soit elle, qui a donné l’idée à Mozart d’écrire cette merveilleuse page. Malheureusement aucun cor de basset en sol fabriqué vers 1787, de surcroît avec ravalement chromatique n’est parvenu jusqu’à nous ...
Très vite, j’ai pensé que cette esquisse était destinée à Anton Stadler, l’ami et frère maçon de Mozart. Stadler appréciait non seulement le timbre du registre grave, mais il voulait aussi un concerto qui mette en valeur sa virtuosité et ses capacités d’expression. C’est sans doute lui qui fait éliminer la forme courbe du cor de basset, et c’est encore lui qui a du écarter le cor de basset en fa, trop lourd à gérer pour un concerto où il veut briller. Du coup, il semble logique qu’à ce moment, il se rabatte sur un cor de basset en sol, et l’instrument marche tellement bien que Mozart, enthousiasmé, commence pour lui, en 1787, un concerto délirant !

J’ai été passionné par la découverte de l’alchimie née entre Mozart et Stadler et qui avait abouti à ce cor de basset en sol. J’avais envie d’en savoir plus. Mais je dois dire que seul le musicologue HC Robbins Landon a bondi d’enthousiasme et j’en profite pour lui adresser toute ma gratitude pour m’avoir soutenu tout au long de ma recherche. Je remercie également Jean Marc Andrieu et l’Orchestre Baroque de Montauban qui m’ont permis en 1994 de jouer le concerto en sol, en entier, pour la première fois devant ... 1450 personnes dans la cathédrale du Mans, en présence de Brigitte Massin.

Pendant cette recherche, il a fallu tout recréer : orchestration de l’esquisse et surtout l’instrument... Mozart n’aurait pas écrit des choses aussi difficiles si Stadler peinait sur un instrument inabouti. C’était à la fois le potentiel de Stadler et la possibilité acoustique de l’instrument qui avaient inspiré Mozart.
Je me suis questionné : Mozart voulait ce concerto en sol avec une orchestration réduite, sans les bassons. Pour ce dialogue constant qu'il instaure entre le soliste et l'orchestre, c'était bien un instrument doux et intime qu'il lui fallait. Et quel instrument jouait Stadler? Un Heinrich Grenser peut-être? Mais non, il jouait bien sur un Lotz! Et nous avons le témoignage de leur collaboration l’année suivante parce que Stadler annonce lui-même sur le programme d'une Académie à Vienne, le 20 février 1788, qu'il jouera sur une clarinette de basset " Lotz ".

J’ai mis 7 ans effectivement à faire aboutir ce projet, mais l’enjeu était de taille : proposer mon hypothèse de cor de basset en sol avec ravalement chromatique d’après Lotz permettai l’exécution pour la première fois de 2 partitions de la main de Mozart qui n’avaient jamais pu être jouées faute d’instrument approprié : l’esquisse du concerto KV 621b et le nocturne KV 437...

Gilles Thomé

Source : http://www.zigzag-territoires.com/Gilles_thom_conc.html

_________________
Stéphane

"Vous vous êtes trompés d'instrument. - Monsieur, nous n'avons que des clarinettes en ut. - Eh bien, transposez à la tierce. - Nous ne savons pas transposer. - Alors, ma foi, taisez-vous. - Ah! par exemple! nous sommes membres de la société, et nous avons le droit de jouer comme les autres." - Berlioz

Clarinette Sib - Buffet Crampon RC
Clarinette La - Leblanc LL
Clarinette Basse au Mib - Buffet Crampon Prestige
Saxophone Alto - Yamaha YAS 475
Saxophone Baryton au La - Yamaha YBS 32
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clarinette-classique.forumactif.fr
 
Mozart - Une soirée chez les Jacquin - Gilles Thomé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Pied De La Pompe
» GROUPE DARWIN DUCK BRASSERIE DIDIER RACING LE 29 MARS
» AlaSourCe
» [18.09.09] Florent chez Bruno Guillon - Virgin radio
» A-t-on le droit de ne pas aimer Mozart ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La clarinette dans la musique classique :: CD - DVD - Livres - Partitions :: CD - DVD-
Sauter vers: