La clarinette dans la musique classique

Compositeurs - Oeuvres - Interprètes - Histoire - CD-DVD-Livres-Partitions - Concerts
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Michel Portal (1935- )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Guillaume
Lento
Lento
avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Michel Portal (1935- )   Mar 13 Mar - 11:32

Michel Portal est un compositeur et musicien français, né le 25 novembre 1935 à Bayonne (France).

Particulièrement éclectique, son domaine de prédilection est d'être saxophoniste, clarinettiste de jazz, mais il est également interprète de musique classique : Mozart, Brahms, Berg, Boulez, Stockhausen, Berio, Kagel... et compositeur, notamment de bandes originales de films et téléfilms. L'album Cinema's regroupe quelques-unes de ses compositions.

Michel Portal commence sa carrière dans la musique classique avant de s'orienter vers le jazz. Il est à l'origine avec quelques autres du mouvement Free en France. Il crée le "Michel Portal Unit" qui accueille les musiciens européens et américains privilégiant l'improvisation libre. Sa musique jouissive, véhémente, lyrique, inventive, interrogative est une perpétuelle remise en cause de l'humain et des structures.


Il obtient les premiers prix suivants :

Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en 1959
Concours International de Genève et du Jubilé Suisse en 1963
Grand Prix National de la Musique en 1983
Il joue fréquemment avec l'accordéoniste Richard Galliano, le batteur Daniel Humair ou le contrebassiste Henri Texier.

SOURCE : notre cher Wikipédia ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro
Adagio
Adagio
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 48
Date d'inscription : 12/03/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Mer 14 Mar - 9:37

J'aime beaucoup son style et surtout son éclectisme, il sait TOUT jouer et ça c'est rare en France ! Smile

J'avais fait une bio sur lui par rapport à ses travaux filmiques (car c'est un remarquable musicien de cinéma au style très original)
http://www.cinezik.org/compositeurs/index.php?compo=portal

Je vous conseille en particulier la BO du film "Les chiens" d'Alain Jessua (co-écrite avec René Koering) :



il y a un solo de clarinette très boulezien lorsque Gérard Depardieu parle à sa chienne préférée près d'une rivière, un solo très abstrait, très étrange, j'adore ! Le film lui même est passionnant (une réflexion quasi fantastique sur l'insécurité et l'auto-défence), à ne pas louper ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
nono
Adagio
Adagio


Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 19/03/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Jeu 22 Mar - 20:29

J'ai un soucis avec Portal : j'ai un enregistrement du concerto de Mozart pour clarinette, et j'ai l'impression .... qu'il ne joue pas tout... il saute les arpèges dans le grave....
Dans l'adagio, il simplifie la monté des triples croches pointées...c'est vrai que je l'écoute dans la voiture, et sans la partition, mais j'en suis quasiment sûr... à moins qu'il le joue très doucement, et que le reste de l'orchestre le couvre.... c'est pas du jeu ... !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Snoopy
Allegro
Allegro
avatar

Nombre de messages : 364
Localisation : Moscou
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Ven 23 Mar - 0:18

Perso je déteste ce film ( les chiens ). Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://musiqueclassique.forumpro.fr/
kfigaro
Adagio
Adagio
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 48
Date d'inscription : 12/03/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Ven 23 Mar - 8:49

J'ignorais tout ça Nono...

Pour "les chiens", c'est un film étrange qui peut déplaire... personnellement je le trouve très original, j'adore la fin aussi, archi flippante et très absurde aussi : presque fantastique (à savoir l'hypothèse d'un monde "dominé par les chiens" : ça fait froid dans le dos)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
Stadler
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 47
Localisation : Gembloux (Belgique)
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Ven 23 Mar - 18:03

Je viens de recevoir un CD de Michel Portal : ICI

_________________
Stéphane

"Vous vous êtes trompés d'instrument. - Monsieur, nous n'avons que des clarinettes en ut. - Eh bien, transposez à la tierce. - Nous ne savons pas transposer. - Alors, ma foi, taisez-vous. - Ah! par exemple! nous sommes membres de la société, et nous avons le droit de jouer comme les autres." - Berlioz

Clarinette Sib - Buffet Crampon RC
Clarinette La - Leblanc LL
Clarinette Basse au Mib - Buffet Crampon Prestige
Saxophone Alto - Yamaha YAS 475
Saxophone Baryton au La - Yamaha YBS 32
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clarinette-classique.forumactif.fr
Snoopy
Allegro
Allegro
avatar

Nombre de messages : 364
Localisation : Moscou
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Ven 23 Mar - 19:36

kfigaro a écrit:
Pour "les chiens", c'est un film étrange qui peut déplaire... )

L'atmosphere du film est trop pesante, presque malsaine. J'ai pas aimé. Neutral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://musiqueclassique.forumpro.fr/
kfigaro
Adagio
Adagio
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 48
Date d'inscription : 12/03/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Lun 26 Mar - 7:31

Snoopy a écrit:
L'atmosphere du film est trop pesante, presque malsaine. J'ai pas aimé. Neutral
tout à fait, c'est archi malsain mais c'est aussi le propos du film (qui n'est pas une comédie du tout) : raconter l'histoire inquiétante d'une ville nouvelle en proie au délire de l'autodéfense et de la paranoïa (en exagérant un peu de façon expressionniste comme l'avait fait aussi un Clouzot dans les années 40 - par exemple dans "Le corbeau") d'où les chiens qui sont dressés pour mordre et qui finissent par prendre la place de l'homme (comme dans une scène excellente où les chiens se mettent à aboyer tellement fort dans la mairie ou une salle de la mairie que même le maire ne s'entend plus, on n'entend plus que les "voix" et les "revendications" aussi bestiales que dépourvues de sens des animaux et plus du tout celles des hommes qui essayent en vain d'en placer une, c'est assez absurde et presque fantastique : cad que l'animalité et la peur instinctive ont triomphé sur la raison "à froid"), l'avenir à hélas donné raison au film (qui date de 1979) : regarde les récentes histoires de pitbulls tueurs ou autres agressions mortelles d'enfants par des molosses surentraînés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
Snoopy
Allegro
Allegro
avatar

Nombre de messages : 364
Localisation : Moscou
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Lun 26 Mar - 8:04

kfigaro a écrit:
, l'avenir à hélas donné raison au film (qui date de 1979) : regarde les récentes histoires de pitbulls tueurs ou autres agressions mortelles d'enfants par des molosses surentraînés...

Hélas...Hélas...Beaucoup d'artistes et d'écrivains sont de meilleurs sociologues que les "sociologues ". Un film aussi qui, dans une moindre mesure, était en avance sur son temps: " le prix du danger", repris quelques années plus tard par les américains avec "running man".On y vient tout doucement... pale

Mais revenons à la clarinette! Embarassed Wink


Dernière édition par le Lun 26 Mar - 10:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://musiqueclassique.forumpro.fr/
kfigaro
Adagio
Adagio
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 48
Date d'inscription : 12/03/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Lun 26 Mar - 9:57

HS :

Snoopy a écrit:
Un film aussi qui, dans une moindre mesure, était en avance sur son temps: " le prix du danger", repris quelques années plus tard par les américains avec "running man".On y vient tout doucement... pale)
"Le prix du danger" s'inspire d'un livre et pire encore, le film de Boisset reprend presque plan par plan un téléfilm allemand (de 1973 je crois) sur le même thème que j'ai vu sur Arte il y a quelques années...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
Stadler
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 47
Localisation : Gembloux (Belgique)
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Ven 6 Avr - 13:44

Pour revenir à Michel Portal et à son rôle dans les musiques de film, voici les films pour lequel il composa la musique :

Jean de La Fontaine, le défi (2007), de Daniel Vigne
La Petite Chartreuse (2005), de Jean-Pierre Denis
Passionnément (2000), de Bruno Nuytten
Aïe (2000), de Sophie Fillières
C'est quoi la vie ? (1999), de François Dupeyron
Le Serpent a mangé la grenouille (1998), de Alain Guesnier
Le Comédien (1997), de Christian de Chalonge
Les Couleurs du diable (1997), de Alain Jessua
Le Bel été 1914 (1996), de Christian de Chalonge
La Machine (1994), de François Dupeyron
Ecrans de sable (1992), de Randa Chahal Sabbag
Trois années (1990), de Fabrice Cazeneuve
Docteur Petiot (1990), de Christian de Chalonge
Angels (1990), de Jacob Berger
Une Histoire de vent (1989), de Joris Ivens
Les Enfants du désordre (1989), de Yannick Bellon
Aventures de Catherine C. (1989), de Pierre Beuchot
Natalia (1989), de Bernard Cohn
Prisonnieres (1988), de Charlotte Silvera
Le Moine et la sorcière (1987), de Suzanne Schiffman
Champ d'honneur (1987), de Jean-Pierre Denis
En toute innocence (1987), de Alain Jessua
Milan noir (1987), de Kerry McMullen Palmisano
Max mon amour (1985), de Nagisa Oshima
Bras de fer (1985), de Gerard Vergez
Les Cavaliers de l'orage (1984), de Gerard Vergez
Le Voyage (1983), de Michel Andrieu
Le Retour de Martin Guerre (1982), de Daniel Vigne
La Mémoire courte (1982), de Eduardo de Gregorio
Balles perdues (1982), de Jean-Louis Comolli
L'Ombre rouge (1981), de Jean-Louis Comolli
L'Adoption (1979), de Marc Grunebaum
Les Chiens (1978), de Alain Jessua
Sérail (1976), de Eduardo de Gregorio
Hoa-Binh (1970), de Raoul Coutard
Le Viol (1967), de Jacques Doniol-Valcroze

Source : http://www.allocine.fr/personne/filmographie_gen_cpersonne=40804.html

Très bientôt donc dans les salles avec :


_________________
Stéphane

"Vous vous êtes trompés d'instrument. - Monsieur, nous n'avons que des clarinettes en ut. - Eh bien, transposez à la tierce. - Nous ne savons pas transposer. - Alors, ma foi, taisez-vous. - Ah! par exemple! nous sommes membres de la société, et nous avons le droit de jouer comme les autres." - Berlioz

Clarinette Sib - Buffet Crampon RC
Clarinette La - Leblanc LL
Clarinette Basse au Mib - Buffet Crampon Prestige
Saxophone Alto - Yamaha YAS 475
Saxophone Baryton au La - Yamaha YBS 32
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clarinette-classique.forumactif.fr
joachim
Allegro
Allegro
avatar

Nombre de messages : 289
Age : 71
Localisation : Nord
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Ven 6 Avr - 14:13

Michel Portal a composé autre chose que de la musique de film ? Un concerto pour clarinette, par exemple ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kfigaro
Adagio
Adagio
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 48
Date d'inscription : 12/03/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Ven 6 Avr - 22:15

pas à ma connaissance non...

mais pourquoi te méfies tu de la musique de film ? Wink c'est super créatif ce qu'il fait !

Voilà la biographie que j'avais faite sur lui sur le site de cinezik (suite à la demande de Steph) :
--------------------------------------------------------------------------------

Basque par tous les pores, Michel Portal naît le 25 Novembre 1935 à Bayonne. Il étudie la clarinette et interprète le folklore de sa région dès l'enfance, puis il entre au Conservatoire de Paris où il obtient un premier prix pour cet instrument en 1959. Il gagnera d'autres premiers prix dans les Concours de Genève et du Jubilé suisse (1963) ainsi qu'à Budapest (1965). Portal bénéficie avant tout d'une solide formation classique et à merveilleusement interprété par la suite des oeuvres de Johannes Brahms, Robert Schumann, Sergei Prokofiev, Wolfgang Amadeus Mozart ou Francis Poulenc.


Pour gagner sa vie, il joue également au sein de la Garde Républicaine, dans des orchestres de variétés comme ceux d'Aimé Barelli ou de Perez Prado, et fait partie des musiciens de Chez Maxim's, Holiday on Ice, Le Moulin Rouge, le Lido ou des Folies Bergères. Il accompagne des interprètes comme Serge Gainsbourg ( Gainsbourg Percussions ), Barbara ( Goettingen 64-65 , L'aigle noir ), Claude Nougaro ( Armstrong , Petit taureau , Paris Mai ) pour qui il cosigne “ La clé ”, Jean-Pierre Kalfon ou Colette Magny. On retrouve également sa trace sur l'album Wings de Michel Colombier.


Grand joueur de clarinettes (dont la clarinette basse) mais aussi de différents saxophones et même de bandonéon, Michel Portal s'intègre tout naturellement au sein des ensembles de jazz comme ceux de André Hodeir, Claude Bolling, Jean-Luc Ponty, Michel Hausser, Ivan Jullien, Pierre Michelot ou Jef Gilson. Les années 60 voient l'émergence en France du free jazz, stimulant mouvement de libération musicale né aux États-Unis et représenté par des créateurs comme John Coltrane, Charles Mingus, Ornette Coleman ou The Art Ensemble of Chicago (entre autres).


L'esthétique ouverte et libertaire du free jazz séduit rapidement l'éclectique Michel Portal qui accompagne alors des artistes comme Bernard Vitet, François Tusques ou Sunny Murray. Parallèlement, son don inné pour l'improvisation et sa virtuosité l'amènent à participer aux différents mouvements d'avant-garde de la musique “sérieuse” comme l'ensemble Musique Vivante dirigé par le compositeur Diego Masson (qui a parfois composé pour le cinéma, essentiellement pour Louis Malle). On le retrouve dans Domaines (pour clarinette et ensemble) de Pierre Boulez, chez Karlheinz Stockhausen ( Aus den sieben Tagen : une musique improvisée, Kommunion/Intensitaet , Unbegrenzt ...), Berio ( Laborintus 2 ), Kagel ( Exotica : sorte de joyeux “Happening” où il est amené à jouer d'instruments aussi improbables que des chocalhos, zanzas, kimuan, kora, pinquillio ou olifants en compagnie d'autres musiciens) et Vinko Globokar, ce dernier deviendra d'ailleurs l'un de ses compagnons de route au sein du New Phonic Art.


Il s'intéresse au cinéma dès 1966, et c'est l'étrange Le viol (1967) de Jacques Doniol-Valcroze qui lance véritablement sa carrière. Film marqué par le pop art et le coté ludique et expérimental du cinéma d'Alain Robbe-Grillet (pour lequel Doniol-Valcroze a travaillé en tant qu'acteur), il s'agit surtout d'un huis clos psychologique entre un mystérieux inconnu (incarné par l'ambigu Bruno Cremer) terrorisant et séquestrant une jeune femme seule dans son appartement. La musique très pointilliste de Michel Portal joue un grand rôle dans ce film, atonale et totalement déstabilisatrice, elle semble largement improvisée suivant le modèle du free jazz. Michel Portal utilise des sons de saxophones délibérément sales et bruiteux se mêlant à de nombreuses percussions comme des timbales, cloches, marimba, avec également un piano, un violoncelle et une contrebasse. Dans la continuité de son travail pour Le viol , Michel Portal fait partie en 1969 du New Phonic Art, groupe d'improvisation collective composé de plusieurs compositeurs de musique contemporaine : Carlos Roque Alsina (piano), Jean-Pierre Drouet (percussions) et Vinko Globokar (trombone). Puis il fonde le Michel Portal Unit en 1971 - autre groupement de musique improvisée, plus spécifiquement dévolu au jazz (où interviennent régulièrement de grands solistes comme Dave Liebman, Louis Sclavis, Henri Texier, Daniel Humair, John Surman, Eddy Louiss, Didier Lockwood ou Martial Solal pour ne citer que quelques noms). Ces recherches vont influencer durablement ses musiques de films futures comme notamment sa collaboration avec Alain Jessua.


En 1974, le réalisateur Alain Corneau le fait collaborer avec Clifton Chenier pour la scène du bistrot du futuriste France société anonyme (1974) - curieuse évocation d'un monde entièrement contrôlé par le pouvoir de la drogue (avec un étonnant Michel Bouquet dans le rôle principal). Puis il écrit des scores comme La Cecilia (1975) pour le cinéaste et critique Jean-Louis Comolli (avec qui il entretiendra une assez longue collaboration), Les Conquistadores (1976) de Marco Pauly (avec la collaboration de Joachim Kühn et de Daniel Humair) et L'Adoption (1978) de Marc Grunebaum.


En 1978, le cinéaste Alain Jessua ( Traitement de choc , Armaguedon ) qui avait déjà travaillé avec des compositeurs aussi hors normes que Jacques Loussier (les cris et onomatopées “pop” de Jeu de Massacre ), Astor Piazzolla ou René Koering (plus célèbre aujourd'hui en tant qu'homme de radio et surintendant de la musique pour la ville de Montpellier), l'engage pour cosigner avec ce dernier le score de son film Les chiens , fable inquiétante sur l'insécurité dans les villes nouvelles. Les chiens conte l'histoire d'une jeune et belle institutrice (Nicole Calfan) qui, à la suite d'un viol dans une rue nocturne d'une banlieue de la région parisienne, décide de vivre avec un chien de garde qu'elle va dresser régulièrement chez le redoutable Morel, le puissant maître-chien de la ville (Gérard Depardieu). Elle rencontre le docteur Henri Feret (un Victor Lanoux totalement à contre emploi) nouvellement installé, qui doit soigner de nombreux cas de morsures dues au nombre de plus en plus important de molosses que les gens dressent dans le chenil de Morel. Feret est entraîné malgré lui dans un drame de la paranoïa sécuritaire. Un peu comme dans Le viol , Michel Portal s'amuse à accompagner ce cas de folie collective par d'audacieuses expérimentations quasiment jamais osées dans une musique de film. Portal et Koering utilisent une clarinette solo très abstraite (à la Pierre Boulez) dans une scène mémorable où Depardieu parle amoureusement à sa chienne favorite près d'une rivière. Et les deux compères s'en donnent à cœur joie lors de la poursuite finale, imitant les grondements et les aboiements des chiens par des changements d'embouchures de clarinettes ainsi que des bruits de souffle et émissions de phonèmes dans l'instrument (techniques très courantes dans la musique d'un Globokar ou d'un Berio).


À partir de la toute fin des années 70, Portal va travailler de plus en plus pour la télévision, sa musique toujours discrète et sobre s'adapte à merveille aux budgets de plus en plus serrés des fictions françaises. Le musicien composera la célèbre musique de Droit de réponse (1980) - émission animée par Michel Polac, Bouvard et Pecuchet (1989) de Jean-Daniel Verhaeghe, L'Inspecteur Lavardin : Le Diable en ville (1990) de Christian de Chalonge, Le diable au corps (1990) de Gerard Vergez, le beau thème mélancolique à l'accordéon de Ivan Ivanovitch Kossiakoff (1990), La Peur (1992), Eugénie Grandet (1994) de Jean-Daniel Verhaeghe, Pêcheur d'Islande (1996) de Daniel Vigne, l'excellent De gré ou de force (1998) de Fabrice Cazeneuve stigmatisant le “mobbing” (technique d'humiliation pour pousser un salarié à la démission), L'Ami de Patagonie (2002) d'Olivier Langlois ou Un fils de notre temps (2003) toujours de Fabrice Cazeneuve.


Parallèlement à une riche carrière comme jazzman, il trouve également le moyen de signer la belle musique de L'Ombre rouge (1981) et de Balles perdues (1983) pour son ami Jean-Louis Comolli.


Dans les années 80, il va recevoir pas moins de trois césars pour Le Retour de Martin Guerre (1982) de Daniel Vigne, Les Cavaliers de l'orage (1983) de Gérard Vergez, et pour la sobre et émouvante musique de Champ d'honneur (1986) de Jean-Pierre Denis. Son score pour Le Retour de Martin Guerre est sans doute l'un de ses plus remarquables. Pour ce drame du XVIème siècle (interprété par Gérard Depardieu et Nathalie Baye), Portal se sert habilement de danses folkloriques, mais aussi de fragments de musiques répétitives. Il effectue un important travail sur la voix, les instruments à vent et les percussions (plus particulièrement lors d'une description de la ville de Toulouse) recréant à merveille les parfums et les couleurs de cette époque.


En 1986, il a la chance de travailler avec le grand metteur en scène japonais Nagisa Oshima sur Max mon amour , troublant film surréaliste (dialogué par Jean-Claude Carrière et interprété par Charlotte Rampling et Anthony Higgins) véhiculant un beau thème épuré marqué par le timbre mystérieux de la clarinette basse. Après un excellent Yeelen (1987) pour le réalisateur malien Souleymane Cisse, soutenu par des rythmes africains (autre grande influence de Michel Portal), il écrit également le thème pour piano de En toute innocence (1988), thriller psychologique d'Alain Jessua avec Michel Serrault et Nathalie Baye.


Le superbe Docteur Petiot (1989) du talentueux Christian de Chalonge, est un nouveau petit chef d'oeuvre pour Portal, qui écrit pour ce drame expressionniste (joué par un hallucinant Michel Serrault) une musique grinçante, partagée entre de brûlants et cruels tangos à la manière d'un Astor Piazzolla (quand le célèbre Marcel Petiot commet des crimes ignobles dans sa cave en escroquant et en tuant des juifs désireux de fuir l'occupation allemande) et les envoûtantes atmosphères répétitives typiques de son style filmique.


Michel Portal retrouve le couple Nathalie Baye et Gérard Depardieu dans La machine (1994), thriller de science-fiction de François Dupeyron. Pour La machine , il va plus loin encore dans l'évocation de la terreur avec un étrange thème principal basé sur une gamme ascendante. Il y incorpore des synthétiseurs et une section de cordes dont les arrangements signés par Philippe Briche rappellent parfois la période modale d'un Philippe Sarde. Le film n'est pas toujours à la hauteur des ambitions du cinéaste, mais les alliances timbrales de Portal et de Briche restent fascinantes. Pour le polar fantastique Les couleurs du diable (1997) - nouvelle collaboration avec Alain Jessua, il imagine d'étranges soupirs érotiques se mêlant à des rythmes africains (notamment lorsque la caméra s'attarde sur des dessins pornographiques) rejoignant ainsi les préoccupations vocales de Jacques Loussier dans Jeu de Massacre .


Plus récemment, on retrouve Michel Portal dans Te quiero (2001) de Manuel Poirier et La Petite Chartreuse (2005) de Jean-Pierre Denis.


En grande partie toujours inédites en CD, les fascinantes bandes originales de Michel Portal ( Le retour de Martin Guerre , Le viol , Les chiens , En toute innocence ...) n'ont pourtant rien perdu de leur force et de leur singularité.


Christian Texier

source : http://www.cinezik.org/compositeurs/index.php?compo=portal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://astore.amazon.fr/chet-21/
Stadler
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 47
Localisation : Gembloux (Belgique)
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Sam 7 Avr - 8:09

Merci pour cette contribution sunny

_________________
Stéphane

"Vous vous êtes trompés d'instrument. - Monsieur, nous n'avons que des clarinettes en ut. - Eh bien, transposez à la tierce. - Nous ne savons pas transposer. - Alors, ma foi, taisez-vous. - Ah! par exemple! nous sommes membres de la société, et nous avons le droit de jouer comme les autres." - Berlioz

Clarinette Sib - Buffet Crampon RC
Clarinette La - Leblanc LL
Clarinette Basse au Mib - Buffet Crampon Prestige
Saxophone Alto - Yamaha YAS 475
Saxophone Baryton au La - Yamaha YBS 32
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clarinette-classique.forumactif.fr
Snoopy
Allegro
Allegro
avatar

Nombre de messages : 364
Localisation : Moscou
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Sam 7 Avr - 19:14

Ben dis donc, t'étais inspiré Kfigaro! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://musiqueclassique.forumpro.fr/
Stadler
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 47
Localisation : Gembloux (Belgique)
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Lun 9 Avr - 21:13

Je reviens sur Michel Portal et la musique classique.

Il y a quelques années, j'avais enregistré un reportage de 1997 sur Arte dans lequel Portal participait avec des jeunes à un stage musical consacré au Concerto pour clarinette de Mozart.

Je l'ai regardé ce soir.

Ce reportage montre comment on peut ressentir ce Concerto.

Portal évolue dans la compréhension de l'oeuvre avec ses élèves. Il y avait deux violons, un alto, un violoncelle, une flûte, un cor et un basson.

Pour percevoir la différence entre une clarinette moderne (dont l'amplitude est trop restreinte dans le grave pour pouvoir jouer le concerto comme écrit, et qui est malgré tout jouée par Portal) et une clarinette en La de basset, Sabine Meyer est venue en invitée montrer la différence. Sabine Meyer confessera même que, jouant le Concerto sur une clarinette de basset depuis longtemps, quand elle l'entend sur une clarinette moderne, elle zappe.

Autre expérience menée : remplacer la clarinette par la voix humaine pour voir quelles sont les émotions ressenties.

Le tout se terminant par un extrait du Concerto joué en "équipage complet".

Quelqu'un d'autre a-t-il vu ce reportage ?

_________________
Stéphane

"Vous vous êtes trompés d'instrument. - Monsieur, nous n'avons que des clarinettes en ut. - Eh bien, transposez à la tierce. - Nous ne savons pas transposer. - Alors, ma foi, taisez-vous. - Ah! par exemple! nous sommes membres de la société, et nous avons le droit de jouer comme les autres." - Berlioz

Clarinette Sib - Buffet Crampon RC
Clarinette La - Leblanc LL
Clarinette Basse au Mib - Buffet Crampon Prestige
Saxophone Alto - Yamaha YAS 475
Saxophone Baryton au La - Yamaha YBS 32
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clarinette-classique.forumactif.fr
steph-w
Andante
Andante
avatar

Nombre de messages : 78
Age : 56
Localisation : lille
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Lun 9 Avr - 21:17

Stéphane a écrit:
Quelqu'un d'autre a-t-il vu ce reportage ?

Et non, à regret.

La voix humaine? Ca doit être intéressant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stadler
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 47
Localisation : Gembloux (Belgique)
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Lun 9 Avr - 21:26

steph-w a écrit:
Stéphane a écrit:
Quelqu'un d'autre a-t-il vu ce reportage ?

Et non, à regret.

La voix humaine? Ca doit être intéressant!

Oui, dans le passage où la clarinette et le basson se répondent (vers le début de la 4ème minute du premier mouvement), la clarinette pourrait être identifiée à Constance dans l'Enlèvement au Sérail et le basson à Belmonte, d'après la cantatrice invitée.

_________________
Stéphane

"Vous vous êtes trompés d'instrument. - Monsieur, nous n'avons que des clarinettes en ut. - Eh bien, transposez à la tierce. - Nous ne savons pas transposer. - Alors, ma foi, taisez-vous. - Ah! par exemple! nous sommes membres de la société, et nous avons le droit de jouer comme les autres." - Berlioz

Clarinette Sib - Buffet Crampon RC
Clarinette La - Leblanc LL
Clarinette Basse au Mib - Buffet Crampon Prestige
Saxophone Alto - Yamaha YAS 475
Saxophone Baryton au La - Yamaha YBS 32
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clarinette-classique.forumactif.fr
ismo
Allegretto
Allegretto
avatar

Nombre de messages : 111
Age : 40
Date d'inscription : 22/11/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Mar 27 Nov - 23:01

Stéphane a écrit:
Je reviens sur Michel Portal et la musique classique.

Il y a quelques années, j'avais enregistré un reportage de 1997 sur Arte dans lequel Portal participait avec des jeunes à un stage musical consacré au Concerto pour clarinette de Mozart.

Je l'ai regardé ce soir.

Ce reportage montre comment on peut ressentir ce Concerto.

Portal évolue dans la compréhension de l'oeuvre avec ses élèves. Il y avait deux violons, un alto, un violoncelle, une flûte, un cor et un basson.

Pour percevoir la différence entre une clarinette moderne (dont l'amplitude est trop restreinte dans le grave pour pouvoir jouer le concerto comme écrit, et qui est malgré tout jouée par Portal) et une clarinette en La de basset, Sabine Meyer est venue en invitée montrer la différence. Sabine Meyer confessera même que, jouant le Concerto sur une clarinette de basset depuis longtemps, quand elle l'entend sur une clarinette moderne, elle zappe.

Autre expérience menée : remplacer la clarinette par la voix humaine pour voir quelles sont les émotions ressenties.

Le tout se terminant par un extrait du Concerto joué en "équipage complet".

Quelqu'un d'autre a-t-il vu ce reportage ?
Oui,moi!
Je l'ai meme enregistré sur cassette vidéo!
Moi,perso,j'ai aimé!
Il a un son très agréable...
Il a eu une approche du concerto de Mozart assez ouverte.
Aussi,j'ai apprécié les "jeux de roles" qu'il donnait aux instruments de l'orchestre.
J'ai trouvé sa manière de penser et de jouer très original vu la composition.
C'est un grand musicien!
Paradoxalement,je ne l'aime pas dans le jazz!
Son originalité me choque un peu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stadler
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 47
Localisation : Gembloux (Belgique)
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Mer 28 Nov - 8:56

Content que quelqu'un d'autre ait pu voir ce reportage Wink

Concernant le répertoire jazz de Portal, je ne l'ai pas suffisamment entendu pour pouvoir me faire une opinion... donc je ne me prononcerai pas silent Wink

_________________
Stéphane

"Vous vous êtes trompés d'instrument. - Monsieur, nous n'avons que des clarinettes en ut. - Eh bien, transposez à la tierce. - Nous ne savons pas transposer. - Alors, ma foi, taisez-vous. - Ah! par exemple! nous sommes membres de la société, et nous avons le droit de jouer comme les autres." - Berlioz

Clarinette Sib - Buffet Crampon RC
Clarinette La - Leblanc LL
Clarinette Basse au Mib - Buffet Crampon Prestige
Saxophone Alto - Yamaha YAS 475
Saxophone Baryton au La - Yamaha YBS 32
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clarinette-classique.forumactif.fr
Stadler
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 47
Localisation : Gembloux (Belgique)
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Mar 1 Avr - 7:34

Interview de Michel Portal à l'occasion de deux concerts de prestige qu'il donnera sous peu à La Réunion sunny :

Citation :
La clarinette dans tous ses états

Michel Portal, 73 ans. Depuis plus d’un demi-siècle, il bondit d’un univers musical à un autre et distille jazz, musique classique et bandonéon sur les scènes du monde entier.


Véritable musicien Protée, Michel Portal glane au fil des ans les récompenses internationales, un immense talent couronné pour la première fois, en 1959, par un premier prix de clarinette au CNSM de Paris puis, quelques années plus tard, distingué au Concours international de Genève et, plus récemment, par le prix d’honneur décerné dans le cadre des Victoires de la musique classique en 2006. Cet artiste d’exception, applaudi sur les scènes du monde entier, se produira dans notre île, au cours de deux concerts de prestige, les 4 et 5 avril à Saint-Denis puis au Tampon. Il sera accompagné par l’Orchestre de la Région Réunion, dirigé par Mélanie Thiébaut.

Michel Portal est-ce la première fois que vous venez à la Réunion ?

Je suis déjà venu dans votre île voici plus d’une dizaine d’années, mais je n’y suis resté qu’une journée, le temps d’un concert. C’est trop peu pour en conserver un souvenir précis… Au fait, y a-t-il encore des moustiques chez vous ?

Aujourd’hui, chez nous, ce n’est plus qu’un mauvais souvenir… Revenons à votre carrière : comment avez-vous découvert la musique ?

J’ai grandi à Bayonne, ma ville natale, en écoutant des gens qui chantaient a cappella, de très belles mélodies. Ce côté lyrique me sert encore aujourd’hui lorsque j’interprète Mozart ou Brahms. A l’âge de dix ans, j’ai découvert parallèlement Mozart, Brahms, Ravel… et Charlie Parker ! Je connais bien l’histoire du Jazz, de King Oliver à Duke Ellington en passant par Jerry Roll Morton. J’ai beaucoup écouté les grands clarinettistes de la Nouvelle-Orléans, les Jimmy Noone, Johnny Dodds, Omer Siméon, Sidney Bechet. Ils jouaient le vrai blues en imitant la voix des chanteurs de blues, j’adorais ça !

Ce qui surprend, chez vous, c’est votre facilité à bondir d’un univers musical à l’autre, tantôt attiré par la rigueur de l’écriture, tantôt séduit par l’aventure de l’improvisation. C’est rarissime chez les musiciens !

Depuis toujours je traverse la musique, je voyage… J’aime à métisser les musiques, cela enrichit mon instrument, modifie ma passion de jouer, élargit ma palette sonore. J’ai toujours été préoccupé par les couleurs. A quinze ans, j’ai beaucoup hésité entre mes deux passions : la peinture et la musique. Je sais que la musique réunionnaise possède une couleur et un rythme spécifiques. François Jeanneau m’a beaucoup parlé du maloya. Je souhaiterais, au cours de mon séjour dans votre île, pouvoir interpréter, avec des musiciens locaux, au moins une mélodie populaire de votre folklore.

En 1965, vous étiez l’un des leaders du free-jazz en France. Quel regard portez-vous aujourd’hui sur cette aventure musicale et sur cette période de votre carrière ?

Le regard de quelqu’un qui était très malheureux à l’époque. Dans les clubs très fermés de la capitale, on rencontrait toujours les mêmes musiciens appartenant à des clans. Il fallait jouer comme les Américains. Tout semblait bouché. Avec les événements de Mai 68, les gens se sont libérés et les musiciens français ont trouvé leur identité. Nous produisions une musique de révolte authentique. Une musique plutôt violente. Cela m’arrive encore aujourd’hui.

Que répondez-vous à vos détracteurs qui vous reprochent d’être un musicien “intello” ?

Je n’ai pas l’impression d’être un intello. J’ai la réputation d’être un musicien tout terrain. Certains affirment “Michel Portal est un fantaisiste”. Cela me rend triste. Ça m’écœure. Les gens me connaissent mal. Ils ignorent que le rythme fait partie de ma tradition, de mes racines basques. La danse, la vie, la fête, c’est mon truc ! J’adore l’humour. J’aime les gens qui rient, les gens amoureux de la musique !

Vous avez la réputation d’être mal à l’aise dans les studios d’enregistrement. Le confirmez-vous ?

C’est vrai. Je suis souvent très angoissé quand j’entre en studio. J’ai peur de fixer, de graver. Enregistrer un disque, c’est seulement un moment de ma vie, mais cela ne représente pas ce que je pense de la musique. Un disque, c’est un passage, comme le disait Miles Davis. Et puis les disques disparaissent si vite de nos jours.

Vous avez fêté votre jubilé en mai 2006. En novembre prochain, vous soufflerez vos soixante-treize bougies. Avez-vous peur de vieillir ?

Avec le temps qui passe, et à partir d’un certain âge, l’isolement s’installe peu à peu. On peut vieillir mais “mollir”, c’est indéfendable ! Personnellement, j’essaie de donner le maximum quand je joue. Chaque seconde de mon concert est importante. Rien ne remplace l’échange avec le public !

Que pensez-vous de l’état du jazz en France aujourd’hui ?

En jazz, les tubes sont plutôt rares. Les musiciens de jazz, considérés comme des extraterrestres, sont très peu médiatisés, pratiquement absents du petit écran sauf à des heures très tardives. En revanche, les jeunes apprentis chanteurs qui aboient en se trémoussant sont programmés en début de soirée, j’ai envie de hurler !

Quelle est la qualité que vous appréciez le plus chez un musicien ?

L’énergie. On le sent quand ça vient des tripes ou que c’est déjà un peu mort. Personnellement je déteste l’académisme autant que l’exaspération hystérique !

Avez-vous une devise ?

Oui. Chercher, chercher, chercher toujours, j’adore interpréter des choses difficiles !

Comment peut-on vous définir ?

Je suis un musicien, point et point ! Comme d’autres sont comédiens. Un musicien amoureux des musiques universelles, celles qui traversent le temps…

Propos recueillis par Docteur Jazz

Source : ClicAnoo

_________________
Stéphane

"Vous vous êtes trompés d'instrument. - Monsieur, nous n'avons que des clarinettes en ut. - Eh bien, transposez à la tierce. - Nous ne savons pas transposer. - Alors, ma foi, taisez-vous. - Ah! par exemple! nous sommes membres de la société, et nous avons le droit de jouer comme les autres." - Berlioz

Clarinette Sib - Buffet Crampon RC
Clarinette La - Leblanc LL
Clarinette Basse au Mib - Buffet Crampon Prestige
Saxophone Alto - Yamaha YAS 475
Saxophone Baryton au La - Yamaha YBS 32
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clarinette-classique.forumactif.fr
Stadler
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 47
Localisation : Gembloux (Belgique)
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Ven 1 Aoû - 8:10



Une présentation de Michel Portal :

Citation :
Michel PORTAL est un musicien aux multiples facettes : clarinettiste classique, il obtient les premiers prix de clarinette du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en 1959, du Concours International de Genève et du Jubilé Suisse en 1963, et le Grand Prix National de la Musique en 1983.

Michel PORTAL est un soliste et chambriste hautement inspiré, alliant à une lecture limpide et rigoureuse des oeuvres qu'il interprète, une expressivité hors norme, le plaçant sans conteste à l'écart des chemins habituels. Il joue régulièrement avec Georges Pludermacher, Maria Joao Pirès, Bruno Canino, Michel Dalberto, Marie-Josèphe Jude, Jérôme Ducros …. Gidon Kremer, Laurent Korcia…Paul Meyer… Youri Bashmet, Gérard Caussé, Les Quatuors Sine Nomine, Ysaÿe…

Il se passionne également pour la musique contemporaine, qu'il s'attache à défendre depuis le tout début de sa carrière. Il a travaillé avec Kagel, Stockhausen, Berio, Boulez et Globokar et participé à de multiples concerts avec l'Ensemble "Musique Vivante" de Diego Masson. Improvisateur recherché, il se produit régulièrement avec la danseuse américaine Carolyn Carlson (Théâtre de la Ville à Paris, Helsinki en 1992, Hambourg en 1993, Lausanne en 1996).
En Juillet 1995, il participe au Festival Orlando aux Pays-Bas et travaille auprès de G. Kurtag. Radio France lui consacre, en 1995, un « Portrait » : il donne en création mondiale le concerto pour clarinette et orchestre de Donatoni avec l'Orchestre Philharmonique de Radio France sous la direction de Diego Masson et en création française le double concerto de W. Rihm avec l’Orchestre National de France en février 2006.

Michel PORTAL poursuit dans le domaine de l'avant-garde des recherches axées sur les problèmes de la création commune. Passionné par le jazz, il s'entoure des meilleurs musiciens européens : Texier, Humair, Solal, Jenny-Clark,... et crée le Portal Unit.
Refusant depuis toujours que la musique se fige, il laisse courir son imagination et sa fantaisie dans l'improvisation, où il abandonne parfois la clarinette pour le bandonéon ou le saxophone. Ses partenaires américains sont Jacky Terrasson, Mino Cinelu, Charlie Haden,...

Michel PORTAL compose avec succès des musiques de film. Il a obtenu trois Césars pour "Le Retour de Martin Guerre", "Les Cavaliers de l'Orage" et "Champ d'Honneur".
En 1990 et en 1995, il reçoit un Sept d'Or pour la meilleure musique de film télévisé.

En novembre 2005, il reçoit le Prix in Honorem de l’Académie Charles Cros pour l’ensemble de sa carrière et en février 2006, une Victoire d’Honneur lors de la cérémonie des Victoires de la Musique Classique à Strasbourg.
Pour couronner cette saison 2005/2006, le Syndicat Professionnel de la Critique de Théâtre, de Musique et de Danse lui décerne le Grand Prix de la Critique.

Elle est issue du site relatif aux Semaines musicales de Quimper et se rapporte au concert annoncé ICI

_________________
Stéphane

"Vous vous êtes trompés d'instrument. - Monsieur, nous n'avons que des clarinettes en ut. - Eh bien, transposez à la tierce. - Nous ne savons pas transposer. - Alors, ma foi, taisez-vous. - Ah! par exemple! nous sommes membres de la société, et nous avons le droit de jouer comme les autres." - Berlioz

Clarinette Sib - Buffet Crampon RC
Clarinette La - Leblanc LL
Clarinette Basse au Mib - Buffet Crampon Prestige
Saxophone Alto - Yamaha YAS 475
Saxophone Baryton au La - Yamaha YBS 32
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clarinette-classique.forumactif.fr
Stadler
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 47
Localisation : Gembloux (Belgique)
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Jeu 15 Jan - 8:54

Décidemment, il est aimé par la presse notre ami Portal :

Portal, l'homme qui écrit la musique en public est un article dans Libération, plus tourné vers le jazz mais qui n'oublie pas le classique Wink

_________________
Stéphane

"Vous vous êtes trompés d'instrument. - Monsieur, nous n'avons que des clarinettes en ut. - Eh bien, transposez à la tierce. - Nous ne savons pas transposer. - Alors, ma foi, taisez-vous. - Ah! par exemple! nous sommes membres de la société, et nous avons le droit de jouer comme les autres." - Berlioz

Clarinette Sib - Buffet Crampon RC
Clarinette La - Leblanc LL
Clarinette Basse au Mib - Buffet Crampon Prestige
Saxophone Alto - Yamaha YAS 475
Saxophone Baryton au La - Yamaha YBS 32
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clarinette-classique.forumactif.fr
lou
Allegretto
Allegretto
avatar

Nombre de messages : 193
Age : 33
Localisation : 17
Date d'inscription : 19/06/2009

MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   Ven 19 Juin - 20:54

J'ai vu le reporatge en 97 (bon sang, déjà 12 ans!), et je suis restée dans un état second tout le long (enfin jusqu'au moment où mes parents m'ont expédiée au lit !) ! Je serais resté scotchée devant 24h ! C'est peut-être ce reportage, à l'époque, qui m'a poussée à imposer l'étude de cet instrument, envers et contre tous...

Pour ce qui est du fameux solo dans "Les chiens", quelqu'un aurait-il un extrait à proposer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Michel Portal (1935- )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Michel Portal (1935- )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Michel Portal - Minneapolis
» [nouveau] Michel Portal - Birdwatcher
» Michel Portal "old jazz"
» Michel Sardou
» MICHEL HERBLIN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La clarinette dans la musique classique :: La clarinette classique :: Les interprètes-
Sauter vers: