La clarinette dans la musique classique

Compositeurs - Oeuvres - Interprètes - Histoire - CD-DVD-Livres-Partitions - Concerts
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Eddie Daniels (1941- )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yvonne
Andante
Andante


Nombre de messages : 61
Age : 72
Localisation : Grand-Leez, be
Date d'inscription : 15/09/2008

MessageSujet: Petite découverte !   Dim 12 Oct - 18:06

La Clarinette
Eddie Daniels clarinettiste extraordinaire
Qu'est-ce qu'une clarinette ? Ne nous dorons pas la pilule : dans la plupart des cas (cette réserve parce qu'il existe des clarinettes métalliques — Lester Young, par exemple, était expert sur cet engin-là), dans la plupart des cas, donc, une clarinette est un bout de bois avec des trous dedans et du souffle qui, tant bien que mal, passe à travers.
À partir de là, on comprend qu'il n'y a que deux manières de bien jouer — je veux dire de jouer radicalement bien — de la clarinette.
L'une consiste à rappeler qu'il s'agit d'un bout de bois (Barney Bigard s'entendait particulièrement bien à faire sentir le « boisé » de l'instrument) et que ce qui l'anime est votre souffle (on connaît des phrases entières de Jimmy Giuffre qui ne sont qu'une expiration teintée de mélodie).
L'autre manière consiste au contraire à faire oublier et l'outil et l'artisanat, et à produire au moyen de ce truchement mal commode, ingrat, terriblement difficile à maîtriser, la musique la plus immaculée possible : une sorte de musique virtuelle qui accéderait magiquement aux trois dimensions — un hologramme sonore. Benny Goodman en ses années de gloire (plus jeune, il avait été plus turbulent), Jimmy Hamilton qui succéda à Bigard chez Duke, Buddy DeFranco (l'un des premiers avec Stan Hasselgard à transposer sur l'instrument les idées des boppers) ont été et restent, en ce qui concerne le dernier nommé, des clarinettistes de cette école — qu'en général on prétend plus « légitime » que l'autre, sans doute parce que plus respectueuse de la technique enseignée dans les conservatoires (du moins jusqu'à ce que les compositeurs de musique contemporaine écrivent pour l'instrument et intègrent à leurs œuvres un traitement de la matière sonore emprunté au jazz, y compris au free jazz et, selon les besoins, à différentes musiques « ethniques » : la clarinette est, entre autres, l'un des principaux instruments du folklore yiddish ; à propos de cette prétendue « légitimité », je rappelle aussi que Maurice Ravel adorait le jeu de Johnny Dodds, qui fut un modèle d'âpreté, sinon de sauvagerie).
Bref, il y a une célébration de la clarinette qui consiste à en promouvoir les impuretés — à en respecter la nature en ce qu'elle a de moins policé. Dans cette voie-là, nul n'est allé aussi loin que Pee Wee Russell. Lorsqu'il joue, on a toujours l'impression d'un homme aux prises avec un instrument en déglingue. Pee Wee Russell était « free » dans son premier enregistrement, en 1927, avec le cornettiste Red Nichols.

Et puis, à côté de cette célébration naturelle, il y a donc une sublimation culturelle de l'engin, un effacement du médium au profit du message (pour remettre une seconde en honneur une terminologie qui connut son heure de gloire il y a un bon quart de siècle). Ainsi, ou bien le clarinettiste conspire au triomphe de la matière sur l'esprit, ou bien il contribue à répandre le fantasme d'une musique désincarnée. Voilà un homme sommé de choisir, tel un intellectuel européen de l'après-guerre, entre idéalisme et matérialisme. Avec plus de sagesse qu'on n'en trouve dans certaines philosophies, il choisit généralement de ne pas choisir et s'invente vaille que vaille une troisième voie, laquelle louvoie avec plus ou moins d'audace, plus ou moins de grâce, entre la régression infantile vers le sale, le souillé, le parasité, le ludique barbouillé de cacabou, et l'illusion angélique d'une musique des sphères qui serait produite par la sphère humaine. Rares sont les représentants de la corporation (moins élitiste aujourd'hui qu'il y a vingt ans — mais assez peu nombreuse tout de même) qui opposent franchement l'expression pure, purifiée, décantée (le délire de l'absolu) et l'expressivité, c'est-à-dire le mélange, la pollution, la corruption, la contradiction (le démon dialectique).
On ne peut du reste que leur donner raison car en suivant l'une ou l'autre de ces options, ils sont assurés de se faire tirer à vue. On ne sait trop pourquoi, depuis DeFranco, Giuffre et Tony Scott, la position du clarinettiste a toujours été particulièrement exposée. Il est toujours ou trop ou pas assez virtuose. Ou trop froid ou trop sentimental. Ou trop volubile ou trop taciturne. Celui qui est aujourd'hui, en tout cas pour la maîtrise, le meilleur d'entre eux, l'extraordinaire Eddie Daniels, n'échappe pas à ces critiques, auxquelles s'ajoute le double reproche d'être aux yeux des uns un « musicien-pour-musicien » et, de l'avis des autres, un vulgarisateur abusif, cherchant le plébiscite par tous les moyens.
Au dernier référendum des lecteurs de Down Beat, publié au mois de décembre, Eddie arrivait bon premier, avec 396 points, devant Don Byron (290), Buddy DeFranco (192), Ken Peplowski (136) et Phil Woods (101). Pourtant, il est exceptionnel qu'un de ses disques fasse l'unanimité et bien des amateurs se déchaînent contre lui comme ils se déchaînaient quarante ans plus tôt contre Buddy DeFranco (dans les mêmes termes d'ailleurs), oubliant que Buddy avait été désigné par écrit comme leur clarinettiste favori par trois hommes qui n'avaient pas coutume de préférer la haute technicité aux grandes émotions : Count Basie, Horace Silver et Lester Young.
Je rappelle que Daniels, détenteur d'un Master's Degree de clarinette décerné en 1966 par la Juillard School, est né en 1941 ; qu'il s'est d'abord fait connaître comme saxophoniste ténor, cette année-là, dans le big band de Thad Jones et Mel Lewis ; qu'il joue de tous les saxophones et de la flûte — et qu'on le dit meilleur instrumentiste encore que Goodman, Shaw et DeFranco.
Texte d’Alain GERBER
Extrait de « Fiesta in Blue » Textes de Jazz – Éditeur : Coda en 2007

flower Yvonne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stadler
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 1328
Age : 46
Localisation : Gembloux (Belgique)
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Re: Eddie Daniels (1941- )   Dim 12 Oct - 19:31

Merci pour ce texte intéressant sunny

J'aime particulièrement le passage sur Pee Wee Russell Wink

_________________
Stéphane

"Vous vous êtes trompés d'instrument. - Monsieur, nous n'avons que des clarinettes en ut. - Eh bien, transposez à la tierce. - Nous ne savons pas transposer. - Alors, ma foi, taisez-vous. - Ah! par exemple! nous sommes membres de la société, et nous avons le droit de jouer comme les autres." - Berlioz

Clarinette Sib - Buffet Crampon RC
Clarinette La - Leblanc LL
Clarinette Basse au Mib - Buffet Crampon Prestige
Saxophone Alto - Yamaha YAS 475
Saxophone Baryton au La - Yamaha YBS 32
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clarinette-classique.forumactif.fr
ismo
Allegretto
Allegretto


Nombre de messages : 111
Age : 39
Date d'inscription : 22/11/2007

MessageSujet: Eddie Daniels   Mar 21 Oct - 20:19

Salut Drapeau blanc
Eddie Daniels mieux que Goodman?!!
Ce ne sont pas les diplomes qui font du clarinettiste un grand musicien qui serait éventuellement mieux que les autres!
De johnny Doods à Dave Bennet en passant par Buddy de Franco à Bernard Berkhout!
Et j'élargie énormément!
J'écoute tous les clarinettistes que le monde ai porté depuis l'age de 15 ans,ayant une collection importante d'enregitrements de tout ce qui peut s'écouter!
Meme Christian morin...(je suis ouvert à tout...)
Artie Shaw au son "cool" inovateur,le plus doux et swingant à la fois;buster Bailey,au souffle et à la technique interminable mais au son trop fragile;acker Bilk,au son rond et envoutant(new orleand à ses heures);Buddy de Franco au son "Swing" tendance "Bop";Johnny Doods,père de la clarinette jazz "apre" avec tous ses éffets;Dave Bennet,futur prodige;eddie Daniels,au son eclectique,polyvalent tendance "bop";Pee wee russel,grand musicien,nul doute la dessus! et occasionellement Lester Young jouant une clarinette métal,à qui Goodman a offert sa clarinette après le fameux concert du Canergie Hall...
Pourtant,il était très très loin de la virtuosité et dans tous les sens du terme.
Bref...
Pas de chauvinisme mais que du concret.
Par experience,franchement...
Benny Goodman est celui qui connait le mieux son instrument!Il a une grande autorité(voir années 30 et plus)
Il avait LE don de la clarinette.
Mieux qu'Artie shaw?!!!!!!!!!!
C'est se moquer du monde!
Je suis choqué...
Je respecte,bien sur, tous les avis!
Celui qui m'a le plus marqué par sa technique et au son est bien Benny Goodman! cheers
Il était appellé le professeur,"the old man"...
Excusez moi si je suis un peu tranchant Drapeau blanc Smile
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Snoopy
Allegro
Allegro


Nombre de messages : 364
Localisation : Moscou
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: Eddie Daniels (1941- )   Mer 26 Nov - 19:50

yvonne a écrit:

Qu'est-ce qu'une clarinette ?(...), dans la plupart des cas, donc, une clarinette est un bout de bois avec des trous dedans et du souffle qui, tant bien que mal, passe à travers.

Si Berlioz avait écrit son "traité des instruments" de manière aussi amusante qu'est ce que jeme s erais marré en le lisant! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://musiqueclassique.forumpro.fr/
Stadler
Administrateur
Administrateur


Nombre de messages : 1328
Age : 46
Localisation : Gembloux (Belgique)
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Eddie Daniels (1941- )   Jeu 5 Nov - 15:55



Eddie Daniels (né le 19 octobre 1941) est un musicien américain. Quoiqu'il soit le mieux connu comme un clarinettiste de jazz, il a aussi du saxophone (alto et ténor), aussi bien que la musique classique sur la clarinette.

Daniels est né à New York à une famille juive. Il a grandi à Brooklyn (New York). Il s'est intéressé au jazz adolescent quand il a été impressionné par les musiciens accompagnant des chanteurs, comme Frank Sinatra, sur des enregistrements. Le premier instrument d'Eddie était le saxophone alto et à l'âge de 15 il avait joué à la compétition réservée aux jeunes du Festival de Jazz de Newport. Au moment où il est entré au collège, il jouait aussi de la clarinette.

Daniels a participé et a enregistré avec une variété de groupes et orchestres et est apparu à la télévision plusieurs fois. Depuis les années 1980, il s'est concentré principalement sur la clarinette. En 1989, il a gagné un Grammy Award pour avoir joué sur l'arrangement de Roger Kellaway de Memos from Paradise.

_________________
Stéphane

"Vous vous êtes trompés d'instrument. - Monsieur, nous n'avons que des clarinettes en ut. - Eh bien, transposez à la tierce. - Nous ne savons pas transposer. - Alors, ma foi, taisez-vous. - Ah! par exemple! nous sommes membres de la société, et nous avons le droit de jouer comme les autres." - Berlioz

Clarinette Sib - Buffet Crampon RC
Clarinette La - Leblanc LL
Clarinette Basse au Mib - Buffet Crampon Prestige
Saxophone Alto - Yamaha YAS 475
Saxophone Baryton au La - Yamaha YBS 32
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clarinette-classique.forumactif.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eddie Daniels (1941- )   Aujourd'hui à 8:54

Revenir en haut Aller en bas
 
Eddie Daniels (1941- )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eddie Fontaine
» EDDIE ARNOLD RIP
» Mises à jour sur les sessions de Eddie Cochran
» Shadow Of Your Smile - Eddie Harris
» EDDIE CLENDENING

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La clarinette dans la musique classique :: La clarinette dans les autres styles de musique :: La clarinette dans le Jazz-
Sauter vers: