La clarinette dans la musique classique

Compositeurs - Oeuvres - Interprètes - Histoire - CD-DVD-Livres-Partitions - Concerts
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Stephan Krehl (1864-1924)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stadler
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1328
Age : 47
Localisation : Gembloux (Belgique)
Date d'inscription : 07/03/2007

MessageSujet: Stephan Krehl (1864-1924)   Mer 3 Fév - 21:14

Citation :
Stephan Krehl (1864-1924) est un compositeur, pédagogue et théoricien allemand.
Il a écrit, entre autres, un Traité général de la musique et une Théorie de la musique et de science de la composition, mais aussi un quatuor à cordes en la majeur op. 17 et un quintette avec clarinette en la majeur op. 19.
Voilà le peu que nous apprend Wikipédia.

Heureusement, certains livrets de CD sont encore bien rédigés. Voici un extrait de la notice destinée à un enregistrement par le Quintette Stadler (Jean-Claude Veilhan à la clarinette) des quintettes de Brahms et de Krehl.
Citation :
Né à Leipzig en 1864, Stephan Krehl se tourne tout d’abord vers la peinture après ses études secondaires. Puis, il entreprend l’étude de l’histoire de l’art, mais l’abandonne au profit de la musique. Il étudie le piano et la composition de 1884 à 1888, d’abord à Dresde, puis à Leipzig. Il se tourne vers l’écriture grâce à son professeur de théorie, Johann Rischbieter, dont le surnom de « Monsieur Contrepoint » n’était en rien flatteur, dans le contexte de la musique académique de l’époque.
Ses études terminées, Krehl part pour Karlsruhe, où il enseigne au Conservatoire le piano et la théorie. Il enseigne à partir de 1902 la composition au Conservatoire de Leipzig. Il est nommé Professeur en 1910, puis Directeur en 1921, fonction qu’il occupera jusqu’à sa mort en 1924.
Les deux grandes étapes de sa vie professionnelle marquent aussi deux phases bien différentes de son activité créatrice. Les années à Karlsruhe sont entièrement dévolues à l’émergence du compositeur, au cours desquelles il forge son idiome musical et fait ses choix esthétiques. Avant tout, Krehl est un maître de la petite pièce. Les Fantaisies, les pièces de caractère et les recueils de lieder constituent l’essentiel de son œuvre, côtoyant néanmoins quelques pièces de chambre plus ambitieuses, une ouverture pour orchestre, et à la toute fin de cette période, en 1901, le Quintette pour clarinette écrit quelque temps avant son départ pour Leipzig. Krehl se montre à Leipzig un enseignant consciencieux. Il rédige une série de traités sur l’harmonie, les formes et le contrepoint, et s’intéresse à l’aspect social de la profession de musicien dans son livre « Le musicien miséreux – Considérations sur la situation désolante et indigne du musicien professionnel ».
Pourtant une question s’impose : pourquoi Krehl est-il tombé dans un oubli aussi complet, au point de n’avoir pas même gagné quelque célébrité locale ? Il ne semble pas que la raison en soit la qualité de sa musique, mais plutôt ses choix esthétiques. Le destin voulut qu’il exerçât son art à une époque marquée par des bouleversements esthétiques sans précédent, auxquels il s’est, mais en vain, rageusement opposé. Il n’avait absolument rien de commun avec ces jeunes compositeurs qui tentaient d’échapper à une tradition qu’ils ressentaient comme étouffante et par trop dominatrice, et qui cherchaient de nouvelles possibilités d’expression, comme Schönberg, Bartok ou Stravinsky.
« Si la musique est véritablement la représentation d’états d’âme, alors une œuvre où foisonnent les dissonances est le portrait d’un esprit malade, dérangé et excentrique. Dieu nous garde de ces symponies morbides, surtout lorsqu’elles provoquent la nausée ». L’esthétique musicale de Krehl était, selon les termes de son biographe Fritz Reuter, « celle de la société bourgeoise, sensible et élégante ». Les chances de succès étaient donc bien minces.
Son credo en matière de composition, « la musique est la langue du sublime », était bien trop ancré dans l’esprit d’une époque révolue. Maintenant que ces polémiques esthétiques sont largement dépassées, le temps est venu de rendre justice à l’œuvre de Krehl.
On ne peut définir plus précisément celle-ci sans se référer à Johannes Brahms. Krehl s’est constamment inspiré de son sens du phrasé ; mais il prit également modèle sur des romantiques plus anciens. Reuter le définit comme « continuateur et unificateur de Mendelssohn, Schumann et Brahms ».

_________________
Stéphane

"Vous vous êtes trompés d'instrument. - Monsieur, nous n'avons que des clarinettes en ut. - Eh bien, transposez à la tierce. - Nous ne savons pas transposer. - Alors, ma foi, taisez-vous. - Ah! par exemple! nous sommes membres de la société, et nous avons le droit de jouer comme les autres." - Berlioz

Clarinette Sib - Buffet Crampon RC
Clarinette La - Leblanc LL
Clarinette Basse au Mib - Buffet Crampon Prestige
Saxophone Alto - Yamaha YAS 475
Saxophone Baryton au La - Yamaha YBS 32


Dernière édition par Stadler le Sam 6 Fév - 12:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://clarinette-classique.forumactif.fr
joachim
Allegro
Allegro
avatar

Nombre de messages : 289
Age : 71
Localisation : Nord
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Stephan Krehl (1864-1924)   Sam 6 Fév - 10:30

Si Stefan Krel a composé une musique romantique au début du 20ème siècle, c'est la raison pour laquelle il est tombé dans l'oubli, et c'est bien dommage ! Mais à cette époque là, il fallait de l'innovation, on voit où elle a mené dans certains domaines, pour aboutir à des Stockhausen ou des Xenakis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Snoopy
Allegro
Allegro
avatar

Nombre de messages : 364
Localisation : Moscou
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: Stephan Krehl (1864-1924)   Ven 12 Mar - 17:45

D'ailleurs, je me pose une question? Les contemporains ont ils beaucoup ecrit pour la clarinette?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://musiqueclassique.forumpro.fr/
ClarManiac
Allegretto
Allegretto
avatar

Nombre de messages : 195
Age : 48
Localisation : Villers-Poterie(Belgique)
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: Stephan Krehl (1864-1924)   Ven 12 Mar - 23:27

Penderecki, Lysight, Sancan, Jean Françaix, Ledoux, ...

Oui !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.arc-fiato.net
Snoopy
Allegro
Allegro
avatar

Nombre de messages : 364
Localisation : Moscou
Date d'inscription : 10/03/2007

MessageSujet: Re: Stephan Krehl (1864-1924)   Mar 16 Mar - 9:12

Merci pour la reponse.

Une deuxieme question s'impose donc: Est ce que c'est bien? Cela vaut la qualité de leurs aines?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://musiqueclassique.forumpro.fr/
ClarManiac
Allegretto
Allegretto
avatar

Nombre de messages : 195
Age : 48
Localisation : Villers-Poterie(Belgique)
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: Stephan Krehl (1864-1924)   Mar 16 Mar - 23:06

Penderecki, oui, j'en parle ailleurs (un peu)

Jean Françaix oui, un magnifique concerto, un quatuor, des pièces de musique de chambre

Michel Lysight, oui, un compositeur Belge à découvrir en googlesisant "new consonant music"

Sancan, magnifique sonatine à découvrir sur le dernier disque de Ronald Van Spaendonck

Ledoux disons que c'est très pointu

Et il y en a plein d'autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.arc-fiato.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Stephan Krehl (1864-1924)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Stephan Krehl (1864-1924)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gabriel Fauré (1845-1924)
» Joly Braga Santos (1924-1988)
» Luigi Nono (1924-1990)
» Stephan SCHWARZMANN
» Rudi STEPHAN (1887-1915)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La clarinette dans la musique classique :: La clarinette classique :: Les compositeurs et leurs oeuvres-
Sauter vers: